Connect with us

Francais

Un navire de 18 500 tonnes, transportant des milliers de voitures, est en feu au large des Pays-Bas.

[ad_1]

Photographie aérienne des bateaux d’urgence éteignant un incendie à bord du cargo “Fremantle Highway”, au large des côtes de l’île néerlandaise d’Ameland, le 26 juillet 2023. FLYING FOCUS / AFP Les autorités néerlandaises continuent, mercredi 26 juillet, de combattre un incendie à bord du cargo Fremantle Highway, au large de l’île néerlandaise d’Ameland, dans le nord des Pays-Bas. Le feu a déjà causé la mort d’au moins une personne et a fait plusieurs blessés, et pourrait durer encore quelques jours, selon une porte-parole des gardes-côtes néerlandais, qui précise que l’équipe de secours chargée d’éteindre l’incendie ne peut pas encore intervenir, car le navire, qui transportait des voitures, n’est pas encore stabilisé. Le Fremantle Highway, un cargo de 18 500 tonnes, était parti du port allemand de Bremerhaven pour rejoindre Port-Saïd en Égypte, selon le site MarineTraffic qui permet de suivre en direct le trafic maritime dans le monde. “Nous prenons en compte tous les scénarios”, a déclaré à la radio publique un porte-parole des gardes-côtes, selon lequel l’une des vingt-cinq voitures électriques qui se trouvaient à bord pourrait être à l’origine de l’incendie. Une caméra thermique montre le cargo Fremantle Highway, en feu, le 26 juillet 2023. COASTGUARD NETHERLANDS / VIA REUTERS Inquiétudes pour l’environnement Les services de secours ont reçu peu après minuit un appel signalant un incendie à bord du Fremantle Highway, un bateau immatriculé au Panama et transportant environ 3 000 véhicules, à une trentaine de kilomètres au nord de l’île néerlandaise d’Ameland. “La situation reste inchangée. Il y a encore beaucoup de fumées”, ont déclaré les gardes-côtes néerlandais dans un communiqué publié peu avant 11 h 30. Deux heures plus tôt, ils avaient signalé que le navire était toujours en feu et qu’un bateau de sauvetage tentait de contrôler la position du cargo accidenté pour éviter qu’il ne coule. “Plusieurs parties travaillent à un plan d’action pour limiter les dégâts”, avaient-ils précisé, accompagnant leur publication d’une photo du navire d’où s’échappaient des flammes et un important panache de fumée. Un porte-parole du maire de l’île d’Ameland, Leo Pieter Stoel, a déclaré craindre que “l’environnement ne subisse des dégâts si le cargo en flammes venait à couler”. “C’est une grande crainte des îles, qu’il se passe quelque chose dans l’un des chenaux de navigation qui pourrait nuire à l’environnement”, a-t-il ajouté, cité par l’agence de presse néerlandaise Algemeen Nederlands Persbureau (ANP). Une personne décédée et plusieurs blessés Les vingt-trois membres de l’équipage ont tous été évacués du bateau, ont annoncé les gardes-côtes. “L’équipage a essayé d’éteindre le feu lui-même, mais a échoué. Malheureusement, une personne est décédée et plusieurs autres ont été blessées”, ont déclaré les gardes-côtes. Au moins sept membres de l’équipage ont sauté par-dessus bord et ont été secourus dans l’eau, tandis que les autres ont été secourus par hélicoptère. Les autorités de la province de Drenthe (nord-est) ont précisé que les blessés souffraient principalement de problèmes respiratoires et avaient été transportés dans des hôpitaux de la région. Des pompiers spécialisés avaient été appelés à Rotterdam pour être transportés sur place en hélicoptère. Mais le feu s’est propagé si rapidement qu’il n’a pas été possible de les faire monter à bord. Un remorqueur a cependant réussi à attacher un câble au navire en détresse pour l’empêcher de dériver et de bloquer une voie de navigation importante vers l’Allemagne, selon la radio publique Nederlandse Omroep Stichting (NOS). Plus de 10 000 espèces aquatiques et terrestres L’île d’Ameland, près de laquelle se trouve le Fremantle Highway, fait partie des quatre îles frisonnes situées dans la mer des Wadden, au nord des Pays-Bas. La région a été déclarée site du patrimoine mondial de l’UNESCO et abrite une riche diversité de plus de 10 000 espèces aquatiques et terrestres. “Nous ne voulons pas encore spéculer, mais bien sûr, comme tout le monde, nous nous inquiétons”, a déclaré à l’AFP l’écologiste Ellen Kuipers de la Waddenvereniging, une organisation de protection de l’environnement. Le Monde Application La Matinale du Monde Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer Télécharger l’application Début 2019, environ 340 conteneurs d’un des plus gros porte-conteneurs au monde, touché par une tempête, sont tombés à l’eau dans la région, jonchant de plastique et de polystyrène des kilomètres de littoral vierge. La pire catastrophe récente au large de la côte néerlandaise, très fréquentée, remonte à décembre 2012, lorsque le cargo Baltic Ice, qui transportait également des voitures, est entré en collision avec un porte-conteneurs et a sombré. Onze marins avaient été tués. En février 2022, le cargo Felicity Ace, transportant 4 000 véhicules haut de gamme du groupe Volkswagen d’une valeur estimée entre 400 et 500 millions de dollars, a pris feu avant de sombrer au large de l’archipel des Açores. Phénomène “d’emballement thermique” Les incendies de voitures équipées de batteries électriques ne sont a priori pas plus fréquents ou dangereux que ceux de voitures à essence, assure l’Association nationale de protection contre les incendies (NFPA), l’organisme américain chargé de la question. Il faut généralement beaucoup plus d’eau pour les éteindre, et il arrive souvent que des batteries reprennent feu plusieurs heures, voire plusieurs jours, après l’incident initial, en raison d’un phénomène appelé “emballement thermique” qui peut se produire dans les batteries lithium-ion endommagées. À bord d’un bateau, cet “emballement thermique” est “quasiment inévitable à moins que l’équipage n’intervienne immédiatement pour contrôler le feu”, prévenait l’assureur Allianz dans une note d’août 2022. “Malheureusement, cette intervention est rarement possible, en raison d’une détection suffisamment précoce, d’un manque d’équipage et de capacités suffisantes à bord pour lutter contre le feu”. D’autant plus que les voitures sont mélangées et serrées à des milliers sur les ponts du bateau, presque pare-chocs contre pare-chocs. L’Agence européenne de sécurité maritime (EMSA) a recommandé en 2022 de former les marins et d’identifier les voitures par carburant, par exemple avec des autocollants, afin de les repérer le plus rapidement possible dans les cales en cas d’incident. L’EMSA recommande surtout de charger les batteries des véhicules électriques entre 20 et 50 % seulement de leur capacité : au-delà, le risque d’incendie augmente. Les batteries au lithium des voitures électriques contiennent un liquide inflammable et peuvent prendre feu si elles sont surchargées, présentent des défauts de fabrication ou sont exposées à des températures élevées. Le Monde avec AFP

[ad_2]

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 - Le Collectif BI-TON