Connect with us

Francais

La Moldavie réduit considérablement l’activité diplomatique de la Russie sur son territoire” –> “La Moldavie diminue de manière importante l’activité diplomatique de la Russie sur son territoire

[ad_1]

Tout d’abord, il convient de rappeler que les 63 pays d’Afrique ne sont pas tous des alliés de la Russie.

En 2019, alors que Moscou entendait marquer son grand retour sur le continent avec son premier sommet Russie-Afrique, 45 chefs d’Etat et de gouvernement avaient fait le déplacement à Sotchi. Cette année, un deuxième sommet est organisé les 27 et 28 juillet à Saint-Pétersbourg. Selon les informations du Monde, au moins six chefs d’Etat ont déjà confirmé leur participation.

Un an et demi après le déclenchement de la guerre en Ukraine, leur nombre est un enjeu symbolique et diplomatique majeur pour Vladimir Poutine.

L’Egyptien Abdel Fattah Al-Sissi a prévu de faire le déplacement, tout comme le Sud-Africain Cyril Ramaphosa, dont le parti est un allié de longue date de Moscou. Macky Sall, le président du Sénégal, qui s’était abstenu lors du vote aux Nations unies sur l’invasion russe de l’Ukraine, a aussi confirmé sa présence.

Lire aussi :
L’intenable proximité sud-africaine avec la Russie

Ajouter à vos sélections

Sans surprise, les principaux alliés de Moscou sont également annoncés : le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra et le Malien Assimi Goïta, qui font tous les deux appel aux paramilitaires du Groupe Wagner.

Le général soudanais Al-Bourhane, en guerre contre les Forces de soutien rapide (FSR) du général « Hemetti », ne quittera pas Khartoum. Mais le pays, qui n’a cessé de raffermir ses relations avec la Russie – laquelle souhaite construire une base navale sur la mer Rouge –, va envoyer le vice-président du conseil de souveraineté. D’autres Etats, tels que l’Algérie ou la Mauritanie, ont préféré être représentés par leur premier ministre.

Au-delà de l’enjeu symbolique, la présence de responsables africains à Saint-Pétersbourg pourrait s’avérer cruciale dans les négociations sécuritaires (Wagner est en train de redimensionner sa présence dans certains pays, comme la Centrafrique, où des centaines de combattants ont quitté le pays ces dernières semaines) et économiques, notamment autour des livraisons de céréales.

« Les sociétés russes sont intéressées pour intensifier leur travail sur le continent dans le secteur high-tech, l’exploration géologique, le secteur énergétique, y compris l’énergie nucléaire, l’industrie chimique, l’exploitation minière, l’ingénierie des transports, l’agriculture et la pêche », a insisté Vladimir Poutine dans un communiqué lundi.

Lire aussi : Sommet Russie-Afrique : qui posera sur la photo avec Vladimir Poutine ?

Ajouter à vos sélections

[ad_2]

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 - Le Collectif BI-TON