Connect with us

Francais

La journée du 4 juillet bat le record de chaleur jamais enregistré sur la planète

[ad_1]

Température journalière à la surface de la Terre depuis 1979, par année.

Des pôles à l’équateur, de la Chine aux États-Unis, la planète est en surchauffe. La journée du mardi 4 juillet a été la plus chaude jamais enregistrée au niveau mondial, tous mois confondus. Elle surpasse largement le relevé de la veille, déjà inédit, selon le portail Climate Reanalyzer, géré par l’université du Maine et qui utilise les données d’un outil développé par l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique. Alors que les canicules, les sécheresses et les inondations se poursuivent et s’intensifient sans relâche, les experts s’inquiètent de l’entrée du climat mondial dans une phase encore plus dangereuse, due au réchauffement climatique auquel s’ajoute le phénomène naturel El Niño.

Voir notre grand format :

Article réservé à nos abonnés
Comprendre le réchauffement : comment nous avons bouleversé le climat

La température moyenne à la surface de la planète a été mesurée à 17,18 °C mardi, après 17,01 °C lundi. Ces valeurs dépassent significativement la précédente plus haute température journalière (16,92 °C), enregistrée le 14 août 2016 et le 24 juillet 2022. Pour comparaison, entre 1979 (date du début des relevés de ce système de mesures) et 2000, la température de l’air journalière s’est établie en moyenne à 16,20 °C au début de juillet, oscillant entre 12,5 °C et 16,5 °C au cours de l’année.

L’observatoire européen sur le changement climatique Copernicus confirme le record de lundi, évoquant une température de 16,88 °C. Les données n’étaient pas encore disponibles pour le mardi 4 juillet, mais d’autres jeux de données, dont certains remontent au début du XXe siècle, vont dans le même sens, assure le climatologue Robert Rohde, de l’association Berkeley Earth.

Les scientifiques ne se focalisent normalement pas sur des journées isolées, dont les températures dépendent aussi de la variabilité naturelle, mais sur des tendances de long terme. « Cela dit, il serait pratiquement impossible d’observer une telle chaleur sans le réchauffement climatique. C’est un rappel assez brutal que la planète se réchauffe rapidement en raison de nos émissions de gaz à effet de serre » principalement dues à la combustion d’énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), explique Zeke Hausfather, climatologue à l’institut américain Breakthrough. « Le réchauffement climatique nous entraîne dans un monde inconnu », ajoute Robert Rohde.

« Premiers d’une série »

Ces inquiétants records risquent d’être les « premiers d’une série », préviennent-ils, alors que l’hémisphère Nord commence sa saison estivale et que la température mondiale moyenne continue en général de progresser jusqu’à début août.

Il vous reste 56.55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

[ad_2]

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 - Le Collectif BI-TON