Connect with us

Francais

Gérald Darmanin, attentif envers la police

[ad_1]

Le ministre de l’intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, à Matignon, à Paris, le 30 juin 2023.

Un jeune homme grièvement blessé par le tir d’une munition antiémeute à Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle), un autre tué « probablement après un tir de Flash-Ball ou de LBD [lanceur de balles de défense] », selon le parquet de Marseille : tout au long des émeutes provoquées par la mort du jeune Nahel M., 17 ans, tué par policier après un refus d’obtempérer mardi 27 juin à Nanterre, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a redouté la bavure et ses conséquences, un état d’embrasement généralisé.

Mais, dans un pays encore sonné par une éruption de violences sans précédent, les dizaines de commissariats assiégés, les scènes de pillage, c’est à peine si l’opinion a prêté attention aux victimes. Et Gérald Darmanin, au prix d’une mobilisation inédite de 45 000 policiers et gendarmes, a pu rétablir l’ordre en évitant au président de la République le recours à l’état d’urgence que réclamaient à cor et à cri Les Républicains et le Rassemblement national. « Il n’a pas fait une seule faute de carre, estime David Le Bars, patron du Syndicat national des commissaires de la police nationale, ni dans l’attitude ni dans le discours. »

Lire aussi :


Article réservé à nos abonnés

Entre Emmanuel Macron et les banlieues, le rendez-vous manqué

N’est-il pas apparu comme un ministre capable de mesure et d’empathie, lui qui a qualifié les images du contrôle routier mortel de Nanterre d’« extrêmement choquantes » sitôt le drame connu ? M. Darmanin s’est pourtant borné à dresser un constat d’évidence : qui n’a pas trouvé « choquante » cette séquence filmée par une passante où le brigadier motocycliste de Nanterre braque son arme à quelques centimètres du jeune conducteur puis tire à bout portant ? En exprimant sa compassion en même temps que « la nécessité de respecter la présomption d’innocence » en faveur du policier, le ministre de l’intérieur s’est assuré d’une marge de manœuvre pour organiser sa riposte. Après les condoléances, les coudées franches. « Un Etat ferme, assure-t-il en prenant à revers les critiques de la gauche sur sa gestion musclée de la répression, ça sert aussi à éviter les milices. »

Comme un mauvais symbole, la mort de deux jeunes hommes et les graves blessures infligées à un troisième, dans lesquelles des policiers sont mis en cause, sont survenues quelques jours avant que Gérald Darmanin ne célèbre ses trois années de présence Place Beauvau. Qui aurait prédit qu’il se maintiendrait si longtemps à un poste aussi exposé lorsque huées et manifestations ont accueilli l’annonce de sa nomination, en juillet 2020, en raison d’accusations de viol et d’abus de faiblesse (il a, depuis, obtenu plusieurs non-lieux et un classement sans suite) ? Il a pourtant fini par y occuper tout l’espace jusqu’à élargir son périmètre aux outre-mer. Même les Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024, dont il apparaît comme le grand ordonnateur, ont été happés dans son orbite.

Il vous reste 69.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

[ad_2]

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2019 - Le Collectif BI-TON